Compétences parentales

(MARIE – INTRODUCTION)

Bonjour, c’est Marie. Bienvenue sur Maman Bosse, le podcast questionne les trajectoires professionnelles des mères. 

Au début de la saison 2, je vous ai expliqué que mon intention était de placer Maman Bosse sous le signe du collectif et du passage à l’action. Et c’est très exactement le cas avec la nouvelle chronique de Gaëlle Brouat. Après nous avons parlé dans les épisodes précédents de comment se retrouver professionnellement quand on est maman et de bilan de compétences, il est aujourd’hui question dans cet épisode de compétences parentales. Vous savez, les 1001 choses  que vous avez apprises en devenant mère et que exploitez de façon plus ou moins consciente dans votre vie professionnelles. 

De la patience à la logistique en passant  par l’empathie, Gaëlle vous explique comment identifier vos  compétences parentales et ensuite évidemment comment les mettre en avant lors d’un entretien de recrutement. En seulement 10 minutes, cette chronique est une véritable dose de confiance en soi et de motivation. Je vous souhaite une très  bonne écoute !

 

 

(GAELLE) 

Etre parent permet de développer de nouvelles compétences

De la naissance au passage à l’adolescence, être parent, c’est un apprentissage continu et intensif !

Il y a les compétences que l’on développe des nos premières semaines de parents :

  • la capacité à travailler sous pression (quand vous devez suivre une liste de courses alors que votre bébé hurle dans le magasin)
  • la créativité : remplacer la couche oubliée par 24 serviettes de restaurant….

 

Et il y a celles qui viennent ensuite :

  • l’empathie (quand vous devez gérer le désespoir de votre enfant qui ne voulait pas que vous mélangiez le gruyère dans ses pâtes)
  • la négociation (quand vous devez lui faire enfiler un manteau au dessus de son tee-shirt Pat Patrouille).

 

Bon, je sais, dit comme ça, ça fait plus sourire qu’autre chose. Mais plus sérieusement, il a été prouvé que les personnes développent réellement de nouvelles compétences quand elles deviennent parents.

 

Dans le top 10, on retrouve souvent :

  • la capacité d’organisation,
  • la prise de recul,
  • la gestion du stress,
  • l’écoute
  • l’empathie,
  • la créativité,
  • la patience, 
  • la résolution de problèmes, 
  • le sens des responsabilités,
  • la rigueur

 

Si vous êtes maman et que vous m’écoutez, je suis sûre que ces compétences vous parlent.

Je suis sûre que vous n’avez jamais été aussi organisée au bureau que depuis que vous savez que vous devez partir à 17h30 (et pas plus tard sinon la crèche menace de laisser votre enfant sur le trottoir)

Je suis sûre que vous vous êtes découverte une patience que vous n’auriez jamais imaginé avoir,

 

Et bien devinez quoi ?

Ces compétences que la majorité des parents développent… elles correspondent complètement aux soft skills dont on nous parle de plus en plus

d’année en année.

Alors, pour rappel, les soft skills (ou compétences douces en français), c’est l’ensemble des compétences comportementales, interpersonnelles, sociales ou liées à la communication … Ce sont celles que regardent de plus en plus les recruteurs.

C’est elles qui, à compétences techniques égales, feront la différence en entretien. 

J’ai regardé récemment d’ailleurs, et les soft skills les plus recherchées en 2022 sont :

  • la créativité
  • la résolution de problèmes complexes,
  • la prise de décisions,
  • la gestion des équipes,
  • l’intelligence émotionnelle

 

C’est quand même fou non ?

En fait, les parents développent presque toutes les soft skills recherchées en entreprise.

Le problème, c’est que c’est vraiment difficile de faire soi même la liste de ses

compétences, de les reconnaître.

Surtout pour les femmes qui ont souvent tendance à se sous-évaluer.

Et en plus, ce qui nous aide encore moins, c’est qu’il n’y a pas de formation ni de diplôme qui viendrait nous aider à valider que l’on a bien ces compétences là.

 

Du coup, pour vous aider à faire la liste de vos compétences (anciennes et nouvelles), la première étape, c’est de lister tout ce que vous faites chaque jour à la maison.

Ne faites pas l’exercice à moitié, prenez vraiment un papier et un crayon. Vous verrez à quel point la liste peut-être longue.

Ça part de la recherche d’une nounou à la gestion des activités extra-scolaires.

Essayez de rapporter toutes ces tâches à la liste des compétences dont j’ai parlé juste avant.

 

Si vous n’y arrivez pas seule, n’hésitez pas à demander de l’aide à vos proches.

Demandez à 2 ou 3 personnes, de votre cercle personnel comme professionnel, quelles sont les compétences qui lui viennent en premier quand ils pensent à vous.

Une fois que vous avez toute la liste de compétences développées, il va falloir faire le tri et surtout, voir dans quelles mesures elles sont transférables dans votre vie professionnelle.

Parce que savoir préparer un gâteau tout en faisant faire les devoir à votre fille c’est bien, mais cela ne fera pas forcément rêver un recruteur.

 

Si ça peut vous aider, j’ai préparé un tableau de toutes les soft skills que l’on peut avoir. 

A vous de noter pour chacune des compétences que vous avez identifiées chez vous, comment vous l’appliquez au quotidien dans votre vie de parent mais aussi dans votre job.

Le but, c’est d’arriver à les mettre en avant de manière professionnelle quand vous vous retrouverez face à un recruteur

 

Comment les mettre en avant face à un recruteur

Beaucoup de jeunes mamans qui sont en recherche d’emploi ressentent une vraie perte de confiance, elles ont l’impression de ne pas avoir toutes les compétences requises et d’avoir perdu en employabilité, justement parce qu’elles sont mamans.

Elles ont d’ailleurs peur de parler de leurs “trous” dans leur parcours.

Ce qui semble complètement improbable parce que ces trous, ben c’est la vie en fait.

Et élever son ou ses enfants, c’est peut être finalement le job le plus important que l’on aura eu à faire dans toute sa vie.

Alors, la bonne nouvelle quand même , c’est que ces trous commencent quand même à être mieux acceptés !

 

La parentalité de manière générale commence à être moins tabou en entreprise (merci le covid de ce côté là).

Et il y a de plus en plus d’entreprises qui s’y penchent de près et il y a même des labels qui se créent pour les entreprises “family friendly”.

Donc on avance …

En revanche, ne nous emballons pas trop quand même car encore beaucoup de recruteurs continuent à avoir peur des trous.

Avant de se présenter à un entretien de recrutement, il va donc être hyper important de bien se préparer pour être à l’aise avec sa parentalité et pour bien mettre en avant ses compétences.

Un point fondamental à rappeler sur cette partie (l’entretien), c’est les objectifs du recruteur.

 

On a tendance à toujours stresser avant un entretien mais il faut se rappeler que le recruteur a 2 objectifs principaux :

savoir si vous POUVEZ faire le job et savoir si vous VOULEZ faire le job.

 

Et c’est tout !

 

Essayer de toujours vous en souvenir lorsque vous allez vous préparer. Parce que c’est là dessus que vous allez devoir le rassurer.

 

Premier point :

Pour valider que vous pouvez faire le job, le recruteur (si c’est un bon recruteur) aura déterminé à l’avance des critères et préparé une liste de questions.

En gros, s’il recherche quelqu’un d’organisé et de patient, il va vous poser des questions qui vont lui permettre de valider si vous détenez ou non ces compétences là.

Pour vous préparer, il faudra donc bien reprendre la fiche de poste, regarder quelles sont les compétences techniques et soft skills recherchées, et de réfléchir à des exemples concrets, des faits qui vont vous permettre de démontrer que vous détenez les compétences recherchées.

C’est là que vous allez reprendre le tableau qu’on a vu avant.

Par exemple, le recruteur veut valider si vous êtes quelqu’un de patient.

Pour le démontrer, vous allez pouvoir revenir sur des exemples de situations dans le cadre pro, mais c’est aussi là où vous allez pouvoir vous appuyer sur vos nouvelles compétences parentales.

 

Quand on vous posera une question sur la patience, vous pourrez  par exemple dire

« Je manquais de patience avec mes équipes mais maintenant que j’ai un enfant, je prends du recul. J’applique les bases de la pédagogie d’apprentissage : patience, compréhension, et répétition. »

Le recruteur veut être sûr que vous êtes organisée ?

ça peut être :

“Depuis que j’ai des enfants, j’arrive à prendre beaucoup plus de recul sur mes priorités et à organiser mes journées en fonction. Je me fixe des créneaux précis pour ce qui est important et urgent et je garde pour la fin de la journée tout ce qui n’est ni urgent ni important.

(Bon ok je ne suis pas sûre que tout le monde le fasse mais vous voyez l’idée !).

 

Deuxième point : après avoir validé que vous êtes capable de faire le job, le recruteur va tester votre motivation.

 

Et c’est là que vous allez devoir tout donner !

Pour moi, l’état d’esprit de l’entretien compte pour plus de la moitié dans les

résultats obtenus.

Votre état d’esprit, c’est ce qui fait que vous allez embarquer – ou pas – l’interlocuteur que vous aurez en face de vous. C’est ce qui fait que vous allez dégager une énergie si positive que la personne en face de vous se projettera avec vous

Je voyais des candidats brillants qui, par exemple, après quelques entretiens ratés, étaient dans un état d’esprit très négatif pour les entretiens suivants. Ils en voulaient à la terre entière et partaient donc moins confiants. Cela se ressentait tellement que l’on avait peur d’aller plus loin dans le process de recrutement avec eux.

A l’inverse, j’ai le souvenir d’avoir rencontré une jeune maman qui n’avait pas travaillé depuis 2 ans. Or, quand on l’écoutait, on aurait dit qu’elle avait quitté la veille son dernier poste. On n’avait qu’une envie: travailler avec elle !

Montrez aussi que vous êtes vraiment prête à vous remettre dans le bain !

Il faut prouver au recruteur que vous n’avez pas perdu la main donc montrez que vous avez suivi l’actualité de votre secteur d’activité ou de votre métier.

Montrez que vous êtes allée à des événements sur le sujet, que vous avez rencontré des personnes, que vous avez consulté les offres d’emploi ou même que vous avez suivi des mini formations en ligne etc.

C’est vraiment sur ce point qu’il va falloir vous préparer !

Parce que je sais que beaucoup de jeunes mamans doutent dans cette période de recherche d’emploi alors qu’elles ont toutes les compétences requises.

Et pour finir, en entretien, que ce soit pour justifier une pause parentale ou pour négocier certains points pour votre futur poste, surtout, ne doutez pas de vos choix !!

Assumez le fait que vous choisi de vous arrêter pour vous occuper de vos enfants.

 

Assumez le fait que vous devrez partir à 17h tous les jours pour aller les chercher à la crèche

Plus on assumera sa parentalité, plus on mettra en avant le fait que c’est un atout pour l’entreprise et pas l’inverse et plus les mentalités changeront.

Et si vraiment vous sentez qu’il n’y a aucun retour sur ces sujets, que la personne en face de vous n’est pas réceptive et reste sceptique. C’est peut être malheureusement que vous n’avez rien à faire chez eux.

Voilà, j’espère avoir pu vous faire prendre confiance sur vos compétences.

 

Si certaines choses n’étaient pas claires, si vous avez des questions, ou si vous voulez aller plus loin sur le sujet, je suis dispo pour en discuter plus en détails.

Vous pouvez me trouver sur Linkedin , donc à Gaelle Brouat ou m’envoyer un mail à gaelle@lescale.io

OU même contacter Marie qui fera le lien !

Bref, on reste en contact !

D’ici là je vous souhaite une très belle continuation et je vous dis à bientôt !

 

(MARIE – CONCLUSION)

 

J’espère que cette chronique de  Gaëlle vous a plu. Vous trouverez dans les notes de l’épisode le lien vers le tableau pour que vous puissiez faire l’exercice de recensement de vos compétences parentales. Et vraiment n’hésitez pas avec Gaëlle et moi les résultats de cet exercice. Pour tout vous dire j’ai prévu de le faire moi même dans quelques jours et mettrai mon tableau sur le blog mamanbosse.fr. 

Vous pouvez nous retrouver facilement sur Instagram et Linkedin.  Je mets tous les liens dans les notes de l’épisode.

Je vous dis à très vite pour un nouvel épisode et d’ici là… MAman Bosse




Réponse d’experte : Gaëlle Brouat vous donne toutes les informations et des pistes de réflexion pour valoriser vos compétences parentales dans votre vie professionnelle.
 
  • Comment identifier vos compétences parentales grâce à un exercice pratique. Le template des compétences mentionné par Gaëlle dans l’épisode est disponible gratuitement en téléchargement ici : Tableau des compétences parentales 
  • Comment les mettre en avant lors d’un entretien de recrutement.
En seulement 10 minutes, cette chronique est une véritable dose de confiance en soi et de motivation. 

Ajoutez votre titre ici

  • Présentation de la chroniqueuse
Gaëlle Brouat est la fondatrice de l’escale, un bilan de compétence 100% en ligne. Le sujet de la parentalité lui tient à coeur et elle a notamment lancé Ma pause parentale  une initiative pour encourager les parents à inscrire leur pause de congé maternité, paternité ou parental sur leur CV et leur profil Linkedin.
 
Vous pouvez contacter Gaëlle sur Linkedin pour prolonger la conversation ou directement par mail à gaelle@lescale.io.
 
Vous pouvez également écouter les autres chroniques de Gaëlle : 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.